Le rôle de l’identité digitale dans l’amélioration de l’expérience KYC – partie 1

Blog | 1 février 2019

Il y a beaucoup de discussions autour de l’identité digitale comme outil d’amélioration des processus KYC. Examinons plus en détail où, comment et pourquoi cette amélioration se produit.

Tout d’abord, quel est le processus typique d’un KYC ?

Étape 1 : collecte de données

Pour une simple ouverture de compte bancaire, il s’agit généralement de demander au consommateur des informations basiques telles que le nom, l’adresse, la citoyenneté et un identifiant gouvernemental tel que le numéro de sécurité sociale.

Étape 2 : vérification des données

On passe ensuite à la vérification de toutes les informations fournies, afin que la banque ou une autre institution de services financiers puisse se conformer à diverses réglementations. Cela permet de s’assurer que le client potentiel est bien qui il prétend être et qu’il est éligible à l’ouverture d’un tel compte. Dans la plupart des cas, toutes ces informations peuvent être vérifiées avec une simple identification. Cependant, le client doit toujours se rendre dans un bureau physique pour montrer les documents et la banque en fait souvent des copies pour ses dossiers.

Étape 3 : décision d’intégration du client

Si les informations sont vérifiées, le compte est ouvert. Si une information est jugée fausse ou si l’information est en conflit avec une autre, la banque refuse d’ouvrir le compte jusqu’à ce que le client revienne à l’agence pour corriger les erreurs. Cela peut être le cas lorsque le banquier inverse deux numéros sur la date de naissance de la personne et que les informations de la banque ne correspondent plus aux registres du gouvernement.

Spécificités du monde de l’investissement institutionnel

Pour les investissements institutionnels, le processus est plus long et plus compliqué. Il y a des informations sur la société, les membres individuels du conseil d’administration et les dirigeants qui doivent être collectées et validées. Le processus KYC pour un investisseur institutionnel peut prendre des semaines et parfois même des mois. Le processus prend beaucoup de temps car toutes les informations demandées ne sont pas soumises ou sont envoyées de manière incorrecte. Par conséquent, le processeur KYC doit revenir en arrière et demander à nouveau, demandant souvent des informations plus détaillées que celles requises dans le KYC personnel.

Comment l’identité digitale améliore le KYC

C’est la manière traditionnelle de faire le KYC. Ajoutons l’identité digitale à l’équation. Les principes fondamentaux de l’identité digitale incluent les données :

  • Contrôlées par le propriétaire des données (personne ou entreprise)
  • Validées par des tiers de confiance et par consensus décentralisé
  • Réutilisables

Une identité digitale présentant ces caractéristiques peut aider à améliorer le KYC de plusieurs manières à la fois. L’utilisation d’identités digitales améliore la précision des données et la vitesse de validation. Une précision et une validation optimisées réduisent ensuite le temps et la quantité de travail nécessaires à la réalisation de l’ensemble du processus.

Dans un deuxième article, nous aborderons les étapes de processus spécifiques et l’impact de l’identité digitale sur chaque étape.


Rejoignez notre communauté !